Analyse du paysage sociolinguistique urbain de Ziguinchor: metissage, creolite et cosmopolitisme

Cambar lalinu làkk si askanu Sigicoor : jaxasoo ci wàllu xeet, kerewolite ak xeet yu bari te wute

Autores

  • Eugène Tavares Université Assane Seck de Ziguinchor - Senegal
  • Senhor Universidade Assane Seck de Ziguinchor

Palavras-chave:

Ziguinchor, Sociolinguistique, Créolité, Cosmopolitisme, Paysage Urbain

Resumo

Au Sénégal, on dénombre environ dix-neuf groupes ethniques pour une quarantaine de langues réparties sur toute l’étendue du territoire, avec, cependant, des lieux d’implantation majoritaire pour chaque groupe. En Casamance, au sud du Sénégal, plus précisément à Ziguinchor, on retrouve principalement le groupe de langues dit des peuples forestiers. Les données issues du recensement général de la population et de l’habitat de 2013, au Sénégal, renseignent que les principales ethnies sont : les Joolas (57,8%), groupe majoritaire, les Mandinkas (11,10%), les Pulaar (10,5%), les Wolofs (3,9%), les Manjacks (3,5%), les Balantes (2,9%), les Sereers (2,70%) et les Mancagnes (2,4%). Il peut paraître curieux que les Baïnounk ne soient pas cités dans cette liste de « principales ethnies » de Ziguinchor puisque, comme nous le savons, ils ont fondé Ziguinchor. Ceci s’explique par le fait que de très nombreux Baïnounks se disent aujourd’hui Joolas. Un phénomène qui remonte, semble-t-il, à la propagation du mythe de la malédiction baïnounk. Les Baïnounks seraient maudits par leur roi Gana Sira Bana, qu’ils ont assassiné en l’enterrant vif, à la suite d’un piège qu’ils lui ont tendu à Birkama. Le roi, avant de mourir, leur aurait prédit un avenir malheureux et la disparition progressive de l’ethnie. Le mythe veut que celui qui épouse un ou une Baïnounk ne sera jamais riche. Ainsi, les Baïnounks se seraient réfugiés dans l’ethnie Joola. Ziguinchor, de par sa position géographique et son passé historique, se trouve à la confluence de plusieurs langues et cultures. Ce positionnement en fait aussi l’une des régions les plus cosmopolites du Sénégal. Le but de cette contribution est de rendre compte de la diversité linguistique et culturelle de la ville de Ziguinchor, à partir d’une analyse sociolinguistique.

*****

Fii ci Senegaal, am na lu wara toll ni fukk ak juróom ñenti mboolo xeet ci ab ñenti fukki làkk tass ci réew mi yepp, ak moonte yenn bërëb dëkkuwaay yu nu lu fa nekk ngir xeet bu nekk. Ca Kaasamaas, bëj Saalumu Senegaal, ca Sigicoor, nanu fay fekk mbooloo làkk bi nuy tuddee làkku àll bi. Njureef yi nu am ci càmbar tolluwaayu nit ñi ak dëkkuwaay yi bu 2013, ca Senegaal, mi ngi wone ni xeet yi gëna mag ñooy : Joola yi (57,8%), xeet bi gëna rëy, Mandinka  yi ( 11,10%), Pël yi (10,5%), Wolof yi (3,9%), Manjak yi (3,5%), Balante yi ( 2,9%), Sereer yi (2,70%) ak Mancañ yi (2,4%). Sigicor, ci tolluwaayam ci addina ci, ak mbooram, nekk ëttu làkk ak aada yu bare. Tolluwaay boobu moo ko jox mu nekk benn ci dëkk yi bare ay xeet lool, ci Senegaal. Li taxa jóg liggéey bii mooy wone kuute gi am ci wàllu làkk ak aada ci dëkku Sigicoor, jaare ko ci ab càmbar bu lalu ci làkk ak askan wi.

 

Downloads

Não há dados estatísticos.

Biografia do Autor

Eugène Tavares, Université Assane Seck de Ziguinchor - Senegal

Docteur en Langues, littératures et civilisations des pays lusophones, enseignant chercheur à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal).Dr. ès Langue, littérature et Société; Diplôme d'études diplomatiques et stratégiques; Traducteur portugais/français; Certificat de troisième cycle en Études Supérieures de Commerce Extérieur; Enseignant chercheur à l'Université Assane Seck de Ziguinchor;
Thématiques de recherche : didactique des langues, Études et géopolitique du monde lusophone, analyse des conflit, littératures insulaires lusophones.

Senhor, Universidade Assane Seck de Ziguinchor

Doutorando em didatica das linguas

Referências

ANSD/SRSD, 2013, Situation Economique et Sociale régionale de Ziguinchor, Dakar, Agence Nationale de la Statistique et du Développement.

Beye, O. (2019). La politique linguistique du Sénégal, d’hier à aujourd’hui. Journal Seneplus du 06/10/2019., vol. 39 nº 2081, p. 3-4. Consulté le 15 Mars 2023 à 16h 32mn dans https://www.seneplus.com/.

Biagui, N. B. et Quint, N. (2013). Casamancese Creole. The Survey of Pidgin and Creole Languages. Atlas of Pidgin and Creole Languages Structures (APICS). Oxford : Oxford University Press, (2), p. 40 49.

Cissé, M. (2011). Langues et glottopolitique au Sénégal. Sudlangues, no 5, p. 99 -113.

Creissels, D. et Jatta, S. (1981). La composition verbale en mandinka. Mandenkan, no 2 p. 31 48.

Daff, M. (1998). L’aménagement linguistique et didactique de la coexistence du français et des langues nationales au Sénégal. DiversCité Langues, Vol. III. Repéré sur dans : http://www.uquebec.ca/diverscite.

Diatta, M. L. (2015). Ziguinchor au fil de l’histoire. Journal Le soleil du 08/09/2015, vol 106 no 2829, p. 5-6. Consulté le 10 Janvier 2023 à 10h 27mn dans https://www.soleil.sn.

Dreyfus, M. et Juillard, C. (2004). Le plurilinguisme au Sénégal : langues et identités en devenir. Paris, Karthala.

Grégoire, H.-B. (1991). De la littérature des nègres. Introduction et notes de Jean Lassay, Perrin, Paris : Hachette [reprod.] (ed.1808).

Leclerc, J. (2013). L’aménagement linguistique dans le monde, Québec : Université de Laval, Repéré dans http://axl.cefan.ulaval.ca.

Mané, M. 2(013). Brassages culturels. Ziguinchor, une ville créole. Sud Quotidien du 30 juillet.

Nunez, J. J. F. (2015). L’alternance entre créole afro-portugais de Casamance, français et wolof au Sénégal. Une contribution trilingue à l'étude du contact de langues. p.10. (Thèse de doctorat en cotutelle Université Cheikh Anta Diop et Institut National des Langues et Civilisations Orientales), Dakar.

Robert, S. (2008). Documentation, description et typologie des langues du Sénégal (langues en danger). Dakar: Senelangues projet ANR.

Sarr, B. (2017). Plurilinguisme et traduction au Sénégal : le rôle de la traduction pour la reconnaissance des langues nationales et la promotion d’une politique des échanges linguistiques. p.52-53. (Thèse de doctorat, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, 2017).

Sow, N. (2016). « Le code mixte chez les jeunes scolarisés à Ziguinchor, un signe d’urbanité », Les sciences sociales au Sénégal : Mise à l’épreuve et nouvelles perspectives ?, Dakar, CODESRIA, p. 248 - 272.

Tavares E. (2009). Littératures lusophones des archipels atlantiques. Açores, Madeire, Cap-Vert, São Tomé e Príncipe. Paris, les Editions l’Harmattan.

Unesco. (1951). L’emploi des langues vernaculaires dans l’enseignement, Paris: Presses de l’Imprimerie C.-J. Bucher S. A., Lucerne, du 15 Novembre au 5 décembre 1951.

Vanhove, M. (2011). Les langues afro-asiatiques. Dictionnaire des langues, édité par Emilio Bonvini, J Bussutil & A Peyraube. Paris: PUF, p. 225 230.

Williamson, K. et Blench, R. (2004). Niger-Congo. Les langues africaines, édité par Bernd Heine & Derek Nurse. Paris: Karthala. p. 21 41.

Downloads

Publicado

21-05-2024

Como Citar

Tavares, E., & Ndiaye, S. (2024). Analyse du paysage sociolinguistique urbain de Ziguinchor: metissage, creolite et cosmopolitisme: Cambar lalinu làkk si askanu Sigicoor : jaxasoo ci wàllu xeet, kerewolite ak xeet yu bari te wute. JINGA SEPÉ: evista nternacional e ulturas, Línguas fricanas rasileiras, 4(1), 44–57. ecuperado de https://revistas.unilab.edu.br/index.php/njingaesape/article/view/1390